LES POTINS VIBRATOIRES

GRAND MERE


« Dors-tu ?... réveille-toi, mère de notre mère !
Car ton sommeil souvent ressemble à ta prière. 
Mais, ce soir, on dirait la madone de pierre ; 
Ta lèvre est immobile et ton souffle est muet.
 
« Pourquoi courber ton front plus bas que de coutume ? 
Quel mal avons-nous fait, pour ne plus nous chérir ? 
Vois, la lampe pâlit, l'âtre scintille et fume ; 
Si tu ne parles pas, le feu qui se consume, 
Et la lampe, et nous deux, nous allons tous mourir !
 
« Tu nous trouveras morts près de la lampe éteinte. 
Alors que diras-tu quand tu t'éveilleras ? 
Tes enfants à leur tour seront sourds à ta plainte. 
Pour nous rendre la vie, en invoquant ta sainte, 
Il faudrait bien longtemps nous serrer dans tes bras.
 
« Donne-nous donc tes mains dans nos mains réchauffées, 
Chante-nous quelque chant de pauvre troubadour. 
Dis-nous ces chevaliers qui, servis par les fées, 
Pour bouquets à leur dame apportaient des trophées, 
Et dont le cri de guerre était un nom d'amour.
 
« Dis-nous quel divin signe est funeste aux fantômes ; 
Quel ermite dans l'air vit Lucifer volant ; 
Quel rubis étincelle au front du roi des gnomes ; 
Et si le noir démon craint plus, dans ses royaumes, 
Les psaumes de Turpin que le fer de Roland.
 
« Ou montre-nous ta bible, et les belles images, 
Le ciel d'or, les saints bleus, les saintes à genoux, 
L'enfant Jésus, la crèche, et le bœuf et les mages ; 
Fais-nous lire du doigt, dans le milieu des pages, 
Un peu de ce latin, qui parle à Dieu de nous.
 
« Mère !... Hélas ! par degrés s'affaisse la lumière, 
L'ombre joyeuse danse autour du noir foyer, 
Les esprits vont peut-être entrer dans la chaumière... 
Oh ! sors de ton sommeil, interromps ta prière ; 
Toi qui nous rassurais, veux-tu nous effrayer ?
 
« Dieu ! que tes bras sont froids ! rouvre les yeux... Naguère 
Tu nous parlais d'un monde où nous mènent nos pas, 
Et de ciel, et de tombe, et de vie éphémère, 
Tu parlais de la mort ;... dis-nous, ô notre mère, 
Qu'est-ce donc que la mort ?... - Tu ne nous réponds pas ! »
 
Leur gémissante voix longtemps se plaignit seule. 
La jeune aube parut sans réveiller l'aïeule. 
La cloche frappa l'air de ses funèbres coups ; 
Et, le soir, un passant, par la porte entrouverte,
Vit, devant le saint livre et la couche déserte, 
Les deux petits enfants qui priaient à genoux.
 
 
Victor Hugo


01/03/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 30 autres membres